Bienvenue pour ce DERNIER journal de l’année, pas de flash la semaine prochaine, la rédaction s’accorde quelques jours de vacances, on se retrouvera le lundi 3 janvier.

 

Coronavirus

2 nouveaux cas signalés hier jeudi, à Hong Kong cas importés en provenance de Grande-Bretagne et d’Éthiopie.

 

Carrie Lam à Pékin par devoir

La cheffe de l’exécutif a déclaré qu’elle ne pensait pas à son avenir et que sa rencontre avec le président Xi Jinping n’était rien d’autre qu’une visite de travail.

Répondant aux spéculations sur le fait que son déplacement à Pékin pourrait être dans le but d’obtenir l’autorisation pour sa réélection au poste de Cheffe de l’exécutif, son mandat prenant fin en juin de l’année prochaine.

Après un dîner avec le président chinois aux côtés du chef de l’exécutif de Macao, Ho Iat-seng, mercredi soir, Carrie Lam a déclaré qu’elle n’utilisait pas ce voyage pour servir son propre agenda.

Sa rencontre a eu lieu juste un jour après l’annonce des résultats des élections du Conseil législatif de Hong Kong, où 89 sièges sont allés au camp pro-établissement et un seul au centriste Tik Chi-yuen. Pour rappel, le taux de participation aux élections a atteint un niveau record de 30,2 %.

Concernant la réouverture de la frontière avec le continent, la dirigeante de Hong Kong a indiqué qu’elle avait fait part aux autorités du continent des attentes des Hongkongais. Aucune décision n’a été prise, bien que les deux parties aient convenu que Hong Kong avait pris des mesures anti-épidémie efficaces.

« Carrie Lam a dirigé l’administration pour rétablir l’ordre après les troubles, contenir les épidémies de Covid-19 et relancer l’économie », a déclaré Xi Jinping, ajoutant que le gouvernement central « reconnaissait pleinement » les efforts déployés par le gouvernement de la RAS.

 

La statue à la mémoire de Tiananmen enlevée

Information avec l’AFP

Le « Pilier de la honte », une statue rendant hommage aux victimes de la répression de Tiananmen, a été retirée de l’Université de Hong Kong (HKU) hier, jeudi après 24 ans de présence sur les lieux.

« La décision concernant la vieille statue a été prise sur la base d’un avis juridique externe et d’une évaluation des risques pour le meilleur intérêt de l’Université« , a déclaré HKU dans un communiqué.

Chaque année, les étudiants de HKU nettoyaient la statue installée sur leur campus en 1997 pour honorer les victimes de ces événements.

En octobre, les responsables de l’université avaient ordonné le retrait de la sculpture de huit mètres de haut représentant un enchevêtrement de 50 corps déformés par la douleur, en évoquant déjà des risques juridiques, sans préciser lesquels.

Le « Pilier de la honte », a été mis à l’abri des regards dès mercredi derrière des bâches et des barrières avant d’être déboulonné hier matin pour être entreposée ailleurs, selon l’université.

Dans son communiqué, l’institution assure que personne n’avait obtenu l’autorisation formelle d’exposer cette statue et cite une ordonnance datant de l’époque coloniale pour justifier son retrait.

Le président du conseil de HKU, Arthur Li, a déclaré dimanche que l’université essayait toujours de déterminer à qui appartenait la statue.

Jens Galschiøt, le sculpteur danois qui a créé et installé la statue, a revendiqué la propriété de l’œuvre, affirmant que pendant toutes ces années, elle a simplement été prêtée à l’Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques de Chine, aujourd’hui disparue. Il s’est dit choqué par le démantèlement apparent de l’œuvre.

« Cette sculpture coûte vraiment cher. Donc s’ils la détruisent, alors bien sûr, on va les poursuivre« , a-t-il ajouté. Le sculpteur dit avoir tenté de contacter l’université avec l’aide d’avocats et avoir offert de reprendre son œuvre. Il assure aussi que les responsables de HKU ne l’ont jamais prévenu du démantèlement.

 

13 millions d’habitants de Xian de nouveau confinés

Information du journal La Croix

Les autorités chinoises ont décidé de reconfiner les 13 millions d’habitants de la ville mercredi, en raison d’un rebond de cas de Covid-19.

Connue pour son armée enterrée en terre cuite, Xian avait déjà considérablement restreint les déplacements pour contenir un foyer de contagion.

Face à 143 cas de Covid-19 recensés, la ville avait déjà décidé, la veille, de tester massivement toute la population. Ne voulant prendre aucun risque de contagion plus massive, les autorités locales ont tranché pour une solution radicale.

Les habitants de Xian doivent « rester chez eux sauf raison impérative », mentionnait un communiqué, précisant qu’une personne par ménage est autorisée à sortir faire les courses « tous les deux jours ».

Le ministère de la santé avait fait état mercredi de 52 nouveaux malades à Xian, ce qui portait donc à 143 le nombre de patients recensés dans la ville depuis le 9 décembre.

Les transports longue distance sont par ailleurs suspendus et des contrôles de tests anti-Covid ont été mis en place sur les autoroutes traversant la métropole. Dans les airs, plus de 85 % des vols au départ et à l’arrivée de Xian ont été annulés, selon le site spécialisé VariFlight.

Si le nombre de cas en Chine est extrêmement faible comparé à d’autres pays, les autorités ne veulent rien laisser au hasard avant le début des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui se tiendront du 4 au 20 février, et les grands déplacements du Nouvel An lunaire, à partir du 1er février 2022.

 

Actualités de la communauté

Calendrier des Messes de Noel

Messe de la Veillée de Noël ce soir 24 décembre à 18h à Rosary Hill

Attention, la messe de demain Samedi 25 décembre à 12 h à Rosary Hill est annulée, ne messe de Noël sera célébrée dimanche 26 décembre à 17h30 à Sainte Anne de Stanley.

 

Enfin la météo avec des température qui iront de 19 à 22°.

Aujourd’hui jeudi 23 décembre, veillée de noël, nous fêtons les « Adèle ».

Toujours un soutien amical à nos auditeurs en quarantaine.

Très belles fêtes de fin d’année à toutes et à tous.