Coronavirus

1 nouveau cas signalé hier mercredi à Hong Kong cas importé.

Dissolution du syndicat enseignants, le PTU

Les membres de la profession de l’éducation ont été choqués par la dissolution du Professional Teachers’ Union (PTU), mardi, et certains ont déclaré qu’ils craignaient qu’aucun syndicat ne puisse s’exprimer en leur nom.

L’universitaire Ivan Choy, membre du PTU, maître de conférences en administration publique de Chinese U a déclaré que la fin d’un grand syndicat comme le PTU pourrait entraîner la dissolution d’autres groupes civiques.

Pour Ivan Choy qui s’exprimait au micro de la RTHK, la fin du PTU signifie qu’il pourrait être plus difficile pour les enseignants d’exprimer leurs opinions ou de négocier avec le gouvernement. L’annonce de la dissolution du syndicat a même surpris Lawrence Tang, de la Fédération des travailleurs de l’éducation, une organisation pro-Beijing.

Le bureau de l’éducation, l’EDB, s’est refusé à faire tout commentaires et a simplement indiqué que les fonctionnaires continueraient à travailler avec les « véritables » groupes de professionnels de l’éducation.

« Nous pourrions être les prochains, mais nous continuerons« 

Le président de l’Association des journalistes de Hong Kong (HKJA), Ronson Chan, a déclaré hier, mercredi, qu’il craignait que son groupe ne soit le prochain après que le plus grand des syndicats enseignants ait décidé de se dissoudre. L’association – dont le sort est incertain en raison de sa position politique – a indiqué qu’elle continuerait à servir aussi longtemps que possible.

Ronson Chan a fait remarquer qu’il n’a fallu que 11 jours au Professional Teachers’ Union, pour prendre une décision après avoir été attaqué par les médias d’État.

Le président de la HKJA a ajouté qu’il n’était pas question de dissoudre l’association, insistant sur le fait que l’organisation a toujours essayé de défendre la liberté de la presse et les droits du travail des journalistes.

« La loi anti-sanctions bonne pour l’économie« 

C’est ce qu’à déclaré le secrétaire au commerce, Edward Yau, a indiquant que la loi anti-sanctions en vigueur en Chine continentale, pourra, lorsqu’elle sera adoptée par Hong Kong, contribuer à sauvegarder les intérêts des entreprises opérant dans la ville.

Le secrétaire au commerce et au développement économique s’exprimait au lendemain de l’intervention de la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, qui avait déclaré, nous vous en parlions hier, avoir suggéré à Pékin d’intégrer la loi nationale à l’annexe III de la loi fondamentale par le biais d’un vote au LegCo.

Le Comité permanent du Congrès national du peuple devrait discuter de cette question dans le courant du mois.

Edward Yau a qualifié la loi de « réaction naturelle à l’ingérence flagrante » de pays étrangers tels que les États-Unis, qui ont imposé des sanctions à la Chine et à la RAS.

Sable noir de la plage de Lung Mei

Un expert en écologie invite la population à ne pas toucher le sable noir de la plage Lung Mei à Tai Po, car il pourrait contenir des bactéries dangereuses.

Billy Hau, maître de conférences à l’école des sciences biologiques de HKU, a lancé cet appel après que des groupes de défense de l’environnement aient exprimé leur inquiétude quant à une éventuelle pollution de la plage.

Malgré l’opposition des groupes écologistes, le gouvernement a transformé certaines parties de Lung Mei en une plage artificielle ouverte au public depuis le 23 juin. Les écologistes avaient prévenu que cette initiative mettrait en danger un large éventail d’espèces marines dans la région.

Billy Hau a indiqué que s’il est naturel qu’une couche anoxique, ou sable noir, se forme autour des côtes douces comme Lung Mei, où les vagues sont faibles, elle pourrait contenir des substances nocives.

L’expert a indiqué que, bien que l’apparence du sable noir ne suggère pas nécessairement une pollution dans la zone, la qualité de l’eau autour de Lung Mei n’est pas connue pour être bonne, ajoutant que la zone n’est tout simplement pas un site de plage idéal.

Le Canadien Michael Spavor condamné à 11 ans de prison pour espionnage

L’homme d’affaires était accusé d' » espionnage et de fourniture illégale de secrets d’État à l’étranger  » et a fait face à un procès à huis clos en mars dernier

Arrêté en décembre 2018 quelques jours après que la directrice financière de Huawei Meng Wanzhou ait été détenue au Canada à la suite d’une demande d’extradition américaine. Hier, le tribunal de Liaoning a déclaré le canadien coupable et l’a condamné à 11 ans de prison. Il devra également payer une amende de 50.000 yuans et devrait être expulsé. Il dispose de dix jours pour faire appel.

L’ambassadeur du Canada, Dominic Barton, s’est rendu mercredi matin au tribunal de Dandong, dans le nord-est de la Chine, pour entendre le verdict, tandis que les principaux diplomates de 25 pays, dont les États-Unis, l’Australie, la Grande-Bretagne, le Japon, l’Allemagne, la France, la Suisse, la Lituanie et l’Estonie, étaient présents à l’ambassade du Canada à Pékin en signe de soutien.

JO de Beijing 2022 : la Chine s’inspire du Japon

Les organisateurs des Jeux olympiques d’hiver de Beijing 2022 ont dit tirer des leçons de l’organisation jugée réussie des Jeux d’été par Tokyo et de ses stratégies pour faire face au Covid-19.

34 membres du Comité d’organisation des JO de Beijing ont été envoyés à Tokyo pour participer au programme d’observateurs du Comité international olympique (CIO). Ces derniers sont récemment revenus des Jeux d’été, où, selon le Comité d’organisation de Beijing, «ils ont acquis une expérience et des connaissances de première main en travaillant avec leurs homologues japonais à des postes clés».

Après avoir examiné les notes, les séquences vidéo et les documents ramenés de Tokyo, les organisateurs des JO de Beijing 2022 «sont davantage confiants quant à l’organisation de Jeux d’hiver simplifiés et sûrs, qui devraient commencer le 4 février».

À six mois de l’ouverture des JO d’hiver à Beijing et dans la ville coorganisatrice de Zhangjiakou, dans la province du Hebei (nord), les 12 sites de compétition ont été achevés et testés. La construction du reste des installations devrait être terminée d’ici octobre 2021.

Les organisateurs finalisent les détails de la cérémonie d’ouverture et forment les volontaires. Ils se préparent également à 10 épreuves tests finales qui seront tenues de septembre à décembre 2021, auxquelles pourraient participer des athlètes étrangers.

D’autres points importants doivent être finalisés comme les JO de Beijing autoriseront les spectateurs internationaux, le programme de billetterie, et la durée de la période de quarantaine avant les jeux. Les détails sont en cours de négociation.

Actualité de la communauté

Exposition « Mythologies : Le surréalisme et au-delà »

Jusqu’au 15 septembre, le French May vous propose d’admirer les chefs-d’œuvre du Centre Pompidou de Paris qui sont venus à Hong Kong et y resteront jusqu’au 15 septembre au Hong Kong Museum of Art à Tsim Sha Tsui.

Co-organisée avec le Musée d’art de Hong Kong (HKMoA) et le Centre Pompidou et soutenue par le Hong Kong Jockey Club Charities Trust, l’exposition présente en exclusivité une centaine d’œuvres de la collection du Centre Pompidou de Paris.

Information:

Mythologies : Surrealism and beyond – Masterpieces from Centre Pompidou

Hong Kong Museum of Art -The Special Gallery, 2/F

10 Salisbury Road, Tsim Sha Tsui, Kowloon, Hong Kong

Horaires d’ouverture :

Du lundi au mercredi de 10h00 à 18h00

Samedi, Dimanche et jours de 10h00 à 19h00

Fermé le jeudi sauf jours fériés

https://hk.art.museum/en_US/web/ma/exhibitions-and-events/surrealism-and-beyond-masterpieces-from-centre-pompidou.html

Enfin la météo avec des températures qui iront de 28 à 32° et des averses. Aujourd’hui jeudi 12 aout, nous fêtons les « Clarisse ».