Coronavirus

8 nouveaux cas signalés hier dimanche à Hong Kong dont 4 cas importés soit le plus chiffre le plus bas depuis le 6 mars dernier.

 

Soutien à Ocean Park adopté par le Conseil législatif

Le LegCo a approuvé le plan de soutien de 6,8 milliards de HK dollars.

Ce plan comprend un financement de 2,8 milliards de Hong Kong, dont 1,66 milliard pour aider au fonctionnement du parc et aux dépenses d’investissement et 1,12 milliard pour les travaux de conservation.

Le débat, qui a duré plusieurs heures, s’est finalement terminé avec 26 votes pour et une seule voix contre, plusieurs élus n’ayant pas voté, estimant que le parc était trop optimiste quant à son estimation du nombre de visiteurs parmi les touristes locaux. Pour les défenseurs du parc, Ocean Park offrira, a après sa réorganisation, une « ambiance de Californie du Sud » avec ses commerces, ses restaurants et ses divertissements en plein air, le long de la mer.

 

Jeunes hongkongais arrêtés et emprisonnés en Chine du Sud

Huit des douze Hongkongais arrêtés par les autorités continentales alors qu’ils tentaient de fuir par la mer vers Taïwan sont remis à la police de Hong Kong aujourd’hui, lundi, après avoir purgé leur peine de sept mois de prison à Shenzhen, pouvait-on lire dans le Sing Tao Daily.

Le tribunal populaire de Yantian, à Shenzhen, les avait précédemment condamnés à sept mois de prison et à une amende de 10.000 yuans chacun.

Tang Kai-yin et Quinn Moon, qui, eux, ont été condamnés à trois ans et deux ans de prison respectivement, resteront à Shenzhen pour terminer leur peine.

Auparavant, deux mineurs du groupe – Hoang Lam-phuc et Liu Tsz-man – avaient été rendus à la police de Hong Kong en décembre dernier, les autorités de Shenzhen ayant décidé, à l’époque, de ne pas les poursuivre.

 

En Alaska, des échanges houleux entre la Chine et les États-Unis

Source AFP et Reuters, reprise par le Point

Les discussions entre la Chine et les États-Unis se sont déroulées jeudi et vendredi derniers à Anchorage, en Alaska. Les deux pays avaient promis de tout se dire. La promesse a été tenue, les discussions ont été qualifiées par les États-Unis de « difficiles et franches ». « Nous nous attendions à avoir des discussions directes et difficiles sur un large éventail de questions, et c’est exactement ce que nous avons eu », a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche, Jake Sullivan, à l’issue de la rencontre.

De son côté, Antony Blinken a tenu à indiquer que les deux parties avaient également des intérêts communs sur l’Iran, la Corée du Nord, l’Afghanistan et le changement climatique, et que les États-Unis avaient accompli au cours des réunions ce qu’ils étaient venus faire.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken ayant donné le ton dès le départ.

« Nous allons discuter de nos profondes inquiétudes au sujet des actes de la Chine s’agissant du Xinjiang », …, « de Hongkong, de Taïwan, des cyberattaques contre les États-Unis et de la coercition économique contre nos alliés », a indiqué Antony Blinken. « Chacun de ces actes menace l’ordre fondé sur des règles qui garantit la stabilité mondiale », n’a-t-il pas hésité à préciser. « C’est pourquoi il ne s’agit pas seulement de questions intérieures. », a-t-il ajouté.

La réponse chinoise a été tout aussi claire. « La Chine est fermement opposée aux ingérences américaines dans les affaires intérieures de la Chine », « et nous prendrons des mesures fermes en réponse », a tenu à indiquer le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie, Yang Jiechi.

À ses côtés, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a, lui, dénoncé les dernières sanctions américaines, annoncées la veille de la rencontre, contre la reprise en main de Hongkong par Pékin.

Yang Jiechi, a déclaré plus tard aux médias d’État chinois que les discussions avaient été constructives et bénéfiques, « mais que, bien sûr, des différences subsistaient ».

Signal n’est désormais plus accessible en Chine

Information de Clubic

Bien qu’en pleine expansion depuis la polémique qui entoure les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp, la messagerie instantanée chiffrée Signal ne peut plus être utilisée en Chine. Son site est inaccessible dans le pays, et l’application a été supprimée des magasins autorisés sur Android. Elle reste disponible sur l’App Store chinois d’iOS mais personne ne sait pour combien de temps encore.

Signal bénéficiait d’une situation assez exceptionnelle en Chine, il s’agit en effet d’une des rares applications occidentales à avoir pu circuler en Chine sans que les utilisateurs aient à utiliser un VPN.

Alibaba, sommé par Pékin de se désengager du secteur des médias

Après les activités connexes de la Fintech d’Alibaba, Ant Group, qui a vu son introduction en Bourse bloquée, Pékin s’attaque à une autre activité majeure du géant du e-commerce chinois : les médias, demandant au groupe de céder au moins une partie des actifs détenus par l’entreprise dans le secteur des médias.

Ces dernières années, Alibaba a mené une franche incursion dans le domaine des médias, en devenant notamment le propriétaire du South China Morning Post.

Mais le géant de la vente en ligne possède également des parts plus ou moins notables dans de grands services comme le réseau social Weibo, le Twitter local ; la plateforme de streaming vidéo Youku ou le site de partage de vidéos Bilibili. L’un des organes d’information les plus influents du pays, Yicai Media Group, a également vu Alibaba s’adjuger une partie de son capital. Comme l’indique le Wall Street Journal, pour le moment, on ignore si Pékin a demandé à Alibaba de se séparer d’une partie ou de la totalité de ses actifs médiatiques.

Le SCMP, principale acquisition d’Alibaba, est en vente depuis l’année dernière. Si aucun acheteur n’est encore identifié, le journal vieux de 117 ans redoute d’être repris par un acteur public, ce qui porterait un nouveau coup à la liberté de la presse à Hong Kong.

Enfin la météo avec des températures en forte baisse qui iront de 17 à 21°. -Aujourd’hui lundi 22 mars, nous fêtons les « Léa ».