Coronavirus.

9 nouveaux cas signalés hier lundi à Hong Kong dont 2 cas importés, un de Suisse et un des Philippines.

Le chef de la direction des maladies transmissibles du centre de protection de la santé, a déclaré que bien que globalement il y ait une tendance à la baisse dans le nombre de nouveaux cas confirmés, l’épidémie n’est toujours pas entièrement sous contrôle, ajoutant que la moitié des cas transmis localement aujourd’hui sont de sources inconnues. Selon les autorités sanitaires, les tests gratuits qui vont commencer le 1er septembre pourraient aider à détecter des sources inconnues et à briser ainsi, la chaîne de transmission.

Discussions sur une « bulle de voyage » avec certains pays

« Les autorités hongkongaises travaillent sur la possibilité de mettre en place une bulle touristique avec une dizaine de pays », a déclaré le secrétaire au Commerce et au Développement économique, Edward Yau Tang-wah. Ces pays incluent des destinations voisines qui sont très prisées par les Hongkongais.

Edward Yau a indiqué que des pourparlers avec la Thaïlande et le Japon en particulier, étaient les plus avancées.

Néanmoins, la reflexion est en suspens depuis juillet et la vague de nouveaux cas à Hong Kong.

Une bulle de voyage permettrait aux visiteurs de se déplacer sans devoir passer par la quarantaine.

Au début du mois, le porte-parole du groupe de travail thaïlandais sur le coronavirus, Taweesin Wisanuyothin, a déclaré à l’agence Reuters que le Japon, Hong Kong et la Corée du Sud figuraient parmi les destinations envisagées pour cette bulle touristique. Mais les discussions ont été suspendues suite à l’augmentation du nombre de personnes infectées.

A suivre…

Les autorités américaines reportent au 9 novembre l’étiquetage « Made in China ».

Les services des douanes et de la protection des frontières des États-Unis ont annoncé décaler la date limite du 25 septembre au 9 novembre. Pour le secrétaire en charge du commerce et du développement économique de Hong Kong, il s’agit d’une politique « inutile et déraisonnable ».

Les exportateurs qui expédient des marchandises fabriquées à Hong Kong aux États-Unis disposeront donc d’une période de transition plus longue pour remplacer les étiquettes par « Made in China ».

Dans le cadre du décret du président américain Donald Trump mettant fin au traitement spécial dont bénéficiait Hong Kong, toutes les exportations en provenance de la région administrative spéciale et fabriquées à Hong Kong devaient être réétiquetées, comme étant « fabriquées en Chine ».

Le 40ème anniversaire de la zone économique spéciale de Shenzhen en présence de Xi Jinping.

Le président chinois Xi Jinping devrait se rendre à Shenzhen en septembre pour célébrer l’anniversaire du statut de zone économique spéciale, la date provisoire arrêtée aujourd’hui serait le 7 septembre.

Bien que la chef de l’exécutif, Carrie Lam sera présent, on ne sait pas encore si elle ou la délégation de Hong Kong obtiendra une rencontre avec le président chinois.

Selon le Post, des personnalités du monde économique et polique de Hong Kong devaient être invitées à cet événement, en particulier les Hongkongais jugés avoir apporté une « contribution significative » au développement de Shenzhen.

Un fonctionnaire de Beijing qui connaît bien la situation a déclaré qu’en plus de réitérer l’engagement de la Chine à l’égard de sa politique de « porte ouverte », la visite de Xi Jinping se concentrerait sur l’intégration économique de la « Greater Bay Area » et sur la façon dont Shenzhen pourrait jouer un rôle en tant que « centre technologique ».

Ce projet ambitieux vise à transformer Hong Kong, Macao, Shenzhen et huit autres villes de la province du Guangdong, en une puissance financière et technologique d’ici 2035.

Aujourd’hui, la ville Shenzhen est devenue une puissance technologique, avec une production économique supérieure à celle de Singapour et de Hong Kong. Le PIB de Shenzhen a atteint 2.693 milliards de yuans (environ 390 milliards de dollars américains) en 2019, tandis que selon la Banque mondiale, le PIB de Hong Kong et de Singapour s’élevait à 366 milliards de dollars américains et 372 milliards de dollars américains.

Taiwan prévient la Chine de ne pas sous-estimer l’île

Information de l’agence Reuters.

La Chine ne doit pas sous-estimer la détermination de Taiwan à se défendre, et les menaces militaires de l’armée chinoise auront pour seul effet de rendre la population de l’île encore plus ferme, a déclaré en fin de semaine dernière, le ministère taiwanais de la Défense, sur fond de tensions croissantes entre Taipei et Pékin.

La Chine a intensifié ses activités militaires autour de Taiwan, organisant des exercices militaires avec des avions de chasse et des navires de guerre à proximité de l’île démocratique, notamment la semaine dernière alors même qu’un représentant du gouvernement américain se trouvait à Taipei.

Dans un communiqué diffusé conjointement avec une vidéo montrant des exercices de l’armée taiwanaise, le ministère de la Défense a déclaré que l’île ne provoquerait pas de conflit mais n’afficherait pas de faiblesse. « Le pays le plus arrogant peut facilement provoquer une guerre, et le gouvernement le plus ignorant peut se retrouver pris dans les flammes de la guerre« , a-t-il dit.

La vidéo, que le ministère a également publiée sur sa page Facebook, montre des avions F-16 taiwanais en vol tandis que des missiles sont tirés depuis le sol et vers la mer, avec des manoeuvres de soldats.

Enfin la météo avec des températures qui iront de 27 à 32° et des averses. Aujourd’hui mardi 25 aout, nous fêtons les « Louis».