Coronavirus

Environ 50 nouveaux cas signalés hier mercredi à Hong Kong.

Verdict rendu pour les 12 hongkongais détenus à Shenzhen

Le tribunal populaire du district de Yantian de Shenzhen a condamné 10 des 12 accusés à une peine d’emprisonnement allant de sept mois à trois ans pour avoir organisé un passage illégal de la frontière et être entrés illégalement dans les eaux chinoises le 23 août dernier.

Parmi les 10, Tang Kai-yin et Quinn Moon étaient soupçonnés d’être les organisateurs du passage illégal de cette frontière.

Tang Kai-Yin a été condamné à trois ans de prison et à une amende de 20.000 yuans, tandis que Quinn Moon a été condamné à deux ans et à une amende de 15.000 yuans.

Les 8 autres détenus ont été condamnés à sept mois de prison et à une amende 10.000 yuans.

Selon un communiqué publié par le tribunal de Shenzhen, les 10 ont plaidé coupables des accusations et ont fait appel pour une peine plus clémente lors du procès de lundi.

Les deux jeunes mineurs ont eux été remis à la police de Hong Kong hier, le tribunal de Yantian ayant indiqué qu’ils ne seraient pas poursuivis, reste à la justice de Hong Kong de décider des suites qu’elles souhaitent donner pour ces deux jeunes mineurs.

Baptist University lance une application pour lutter contre les « fake news »

Face à l’afflux d’informations sur les réseaux sociaux, informations difficiles à vérifier, l’université Baptist U a décidé de lancer une application afin d’aider à y voir plus clair.

BU FactCheck est géré par une équipe de 12 chercheurs universitaires, journalistes et diplômés de l’université en communication qui s’engage à fournir une vérification des faits indépendante et transparente afin de lutter contre la désinformation. L’équipe a déclaré qu’elle examinerait environ 2.000 déclarations potentiellement fausses trouvées sur Internet – couvrant des sujets tels que la politique, l’économie, la santé ou encore les sciences. Un rapport de vérification des faits sera ensuite compilé et publié.

S’exprimant lors d’une conférence de presse de lancement du service mardi, le professeur Raymond Li a déclaré qu’une « infodémie de fausses nouvelles » avait commencé à faire rage à Hong Kong vers le second semestre de 2019. Il a déclaré à Vicky Wong de la RTHK que si les fausses informations ne sont pas aussi répandues à Hong Kong que sur le continent ou encore Taiwan, il existe des plates-formes communes où de fausses informations sont diffusées. Il a précisé que l’objectif principal de ce service serait d’identifier et de vérifier les affirmations émanant de médias sociaux et non d’agences de presse.

Début des campagnes de vaccination dans plusieurs villes de Chine

Plusieurs villes de Chine vont lancer leurs plans de vaccination pour le personnel à risque, alors que des foyers épidémiques sporadiques apparaissent dans le pays. Shenzhen, dans la province méridionale du Guangdong, offre depuis le 28 décembre des vaccins gratuits contre la Covid-19 aux groupes à haut risque. Cinq centres médicaux de Shenzhen seront ouverts dans le cadre de cette campagne de vaccination gratuite. Parmi les groupes à haut risque se trouvent : ceux qui vont travailler et étudier à l’étranger, le personnel de la chaîne du froid dans l’industrie alimentaire, le personnel des centres d’isolement, des établissements médicaux et des transports publics, et les employés d’autres sites jugés à haut risque. Le lancement progressif des campagnes de vaccination dans toute la Chine visent à prévenir et contrôler l’épidémie de Covid-19 dans le pays. D’autant plus que de nombreuses villes ont récemment connu des foyers épidémiques sporadiques, a expliqué Wang Peiyu, directeur adjoint de l’École de santé publique de l’Université de Pékin. Ce dernier a indiqué que la situation pourrait devenir de plus en plus délicate à l’approche des vacances du Nouvel An chinois, marquées chaque année par de nombreux déplacements. Il a estimé que d’autres villes lanceront bientôt des campagnes de vaccination.

Réduction des déchets plastiques en Chine

Les sacs en plastique jetables, dégradables ou non, seront interdits dans les centres commerciaux, supermarchés, pharmacies et librairies de Shanghai à partir du 1er janvier 2021. De plus, les sacs en plastique non dégradables ne peuvent plus être utilisés pour la livraison de nourriture, les pailles et la vaisselle en plastique non dégradables ne seront plus fournies dans les restaurants. Les sacs en plastique pour les aliments frais ou cuits, les pailles et les ustensiles de cuisine dans les produits pré-emballés, tels que les nouilles instantanées, sont inclus dans la liste d’interdiction. Shanghai s’est concentrée sur la question du plastique et a lancé des politiques connexes depuis 2008. La nouvelle réglementation est plus stricte que la dernière publiée en janvier 2020, qui autorisait les sacs en plastique dégradables pendant un certain nombre d’années. La fin de l’utilisation de ces sacs devrait réduire l’utilisation de plus de 7.000 tonnes de plastiques non dégradables par an dans ses restaurants de Chine, à partir de 2021. D’ailleurs, la politique d’élimination des articles en plastique non dégradables ne s’arrêtera pas à la ville de Shanghai. D’ici la fin de l’année 2021, les hôtels étoilés devraient cesser de fournir des produits en plastique jetables, tels que des brosses à dents et des peignes, et tous les hôtels locaux devraient les interdire d’ici la fin de 2023.

Chine : les couples pressés de divorcer avant l’arrivée du code civil

Information de Stéphane Lagarde, correspondant de RFI à Pékin.

Le premier Code civil chinois entre en vigueur ce 1er janvier 2021. Il change beaucoup de choses pour les couples mariés en Chine et ceux en passe de divorcer. Une période de 30 jours de réflexion sera nécessaire avant de se séparer. Si l’un des époux change d’avis alors le divorce sera reporté. « Prendre le temps de la réflexion », c’est l’argument avancé par le législateur et les médias d’État inquiets de l’inflation de divorces dans une société où le mariage reste la norme. Ce qui provoque un afflux de demandes des divorces avant la nouvelle année. Selon le site d’information officiel Sixthones, les demandes de divorce s’envolent avant l’entrée en vigueur du Code civil. Selon les défenseurs des Droits des femmes, ce mois de délibération avant de pouvoir se dire non risque de rendre plus vulnérables celles qui sont confrontées à la violence de leur conjoint. Un point contesté par une partie des avocats selon lesquels la nouvelle disposition ne s’applique pas aux divorces contentieux.

Enfin la météo avec des températures toujours en baisse pour ce dernier jour de l’année, qui iront de 7 à 12°. Aujourd’hui jeudi 31 décembre, nous fêtons bien évidemment les “Sylvestre”.

Très bon réveillon du nouvel an à toutes et à tous, on se retrouve demain pour un retour sur l’actualité.