Depuis la fermeture des frontières du fait de la pandémie, les couples binationaux avaient les plus grandes difficultés du monde à se marier sur le territoire français. « Love is not tourism » a porté le combat obtenant en aout 2020 la création des Laissez-passer à destination des amoureux. Mais en Février, revirement, une circulaire du Premier ministre suspend le dispositif enlevant toute possibilité pour les futurs mariés non français d’obtenir un visa pour rejoindre la France et leur futur(e) conjoint(e). 

Ce 17 juin, le Conseil d’Etat, suite à un référé liberté, vient d’ordonner, dans son ordonnance, au gouvernement d’inscrire le mariage sur la liste des motifs impérieux. Nous recevons Anais St Jalmes qui combat depuis les premiers jours pour réouvrir les frontières aux futurs mariés et Sylvie Pelletier, membre de l’association les Amoureux au ban public, qui a instruit l’action auprès de la plus haute administration française. 

Une Française déterminée à se marier 

Anais St Jalmes, membre du premier groupe « Love is not tourism« , fût un des moteur, au coté de Nicolas Perret, de la mobilisation en France. Et pourtant elle tente depuis 26 mois de se marier avec Mohamed Kiddouche, son compagnon algérien. 

Mais elle n’était pas la seule dans ce cas.. Les blocages se sont multipliés en France comme dans nos consulats. Aidée par l’association « Le mouvement des Amoureux au ban public », elle porta l’affaire deux fois devant le Conseil d’Etat et le collectif gagna chaque référé. 

Deux fois ? Car le gouvernement n’a pas totalement appliqué la première décision du Conseil d’Etat d’avril 2021. Elle nous raconte son « chemin de croix » et les conséquences de l’acharnement de l’administration sur sa vie. Mais soulagement grâce au Conseil d’Etat, Anais va pouvoir se marier dans les prochains jours. 

Les amoureux au ban public 

Et si la conclusion est heureuse, pour elle et pour de nombreux autres couples, c’est grâce donc au mouvement « Les amoureux au ban public ». 

Une fois par mois, l’association, basée à Lyon, anime une permanence pour des couples franco-étrangers ou binationaux qui ne peuvent pas vivre ensemble. Visa, demande de séjour… Elle les aide dans leurs démarches en apportant un savoir faire et une maitrise des outils juridiques. Sylvie Pelletier nous raconte les méandres administratifs et juridiques que les futurs couples doivent affronter.