Coronavirus

Zéro cas signalé hier jeudi à Hong Kong, une première depuis octobre 2020.

 

L’assemblée législative de Hong Kong (LegCo) adopte les réformes électorales

La troisième lecture du projet de loi controversé a été adoptée avec 40 voix pour, et 2 contre, les deux seuls législateurs non-institutionnels – Pierre Chan Pui-yin, législateur du secteur médical, et Cheng Chung-tai, législateur de Civic Passion – ayant voté contre.

Le projet de loi habilitera désormais le département de la sécurité nationale à vérifier les antécédents des candidats potentiels à des fonctions publiques et un nouveau comité de vérification sera mis en place pour s’assurer que ces candidats sont loyaux envers Pékin.

Le nombre de sièges au sein de l’assemblée législative de Hong Kong sera porté à 90, dont 40 seront élus par un comité électoral largement pro-Pékin. Le comité passera également de 1.200 à 1.500 membres.

Le nombre de législateurs élus directement par les électeurs de Hong Kong sera réduit à 20, contre 35 auparavant.

La représentation des 117 conseillers de district au niveau communautaire au sein du comité électoral sera supprimée et les six sièges de conseil de district au Conseil législatif seront également supprimés.

Les législateurs pro-Pékin ont fait l’éloge du projet de loi au cours du débat de mercredi et hier, affirmant que les réformes empêcheraient les personnes non loyales envers Hong Kong de se présenter aux élections.

Les élections du Conseil législatif, qui ont été reportées en septembre dernier, en raison de la crise sanitaire, auront lieu le 19 décembre.

De son côté, la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, a remercié les législateurs pour, je cite, leurs efforts « inlassables » dans l’adoption du projet de réforme électorale, ses collègues pour avoir tout mis en place et le public pour son « soutien », tout en reconnaissant que rien n’aurait été possible sans Pékin.

Dans une longue déclaration publiée quelques instants après l’approbation du projet de loi par le Legco, Carrie Lam a déclaré qu’il s’agissait d’une « occasion historique » qui marquait une « nouvelle ère » où il n’y aurait que des patriotes au sein du corps législatif, et aucune « force anti-chinoise ».

« Je suis heureux que nous ayons rapidement mené à bien la tâche de modifier la législation électorale locale en deux mois« , a-t-elle déclaré.

Mais en plus de toutes les louanges, la cheffe de l’exécutif a eu quelques condamnations – blâmant les politiciens et les médias étrangers qui ont dit que la refonte piétine les droits des Hongkongais et est conçue pour garder les voix de l’opposition hors de la législature.

 

Les autorités interdisent la veillée du 4 juin

C’est officiel, pour la deuxième année consécutive, les autorités de Hong Kong ont interdit la veillée aux chandelles du 4 juin au Victoria park.

Des dizaines de milliers de personnes se rassemblent normalement dans le parc pour commémorer les personnes massacrées par l’Armée populaire de libération en 1989 sur la place Tienanmen.

L’année dernière, la police a refusé d’autoriser l’événement, en raison de la crise sanitaire et c’est également la raison invoquée pour l’interdire cette année encore.

Les autorités ont déclaré que le niveau de réponse de Hong Kong face à la pandémie reste au niveau « d’urgence » le plus élevé, avertissant que permettre la tenue de l’événement augmenterait le risque de propagation du virus.

La police a ajouté que le rassemblement ne mettrait pas seulement en danger la santé d’autres personnes, mais aussi la sécurité publique et les droits d’autrui.

L’organisateur de la veillée, l’Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques de Chine, avait, nous vous en parlions hier, exhorté la police à ne pas empêcher la tenue de cette commémoration proposant même de veiller à ce que les participants respectent les mesures de distanciation sociale.

L’alliance a déclaré qu’elle ferait appel de cette décision et espère qu’une audience pourra être organisée dès que possible afin que toutes les personnes qui le souhaitent puissent y assister en toute légalité et sécurité.

« Se souvenir du 4 juin est la mémoire collective des Hongkongais« , a déclaré l’alliance, qui a ajouté qu’elle continuerait à se battre pour que les gens aient le droit d’organiser cette commémoration en toute légalité.

Le secrétaire à la sécurité, John Lee, met en garde contre la participation ou même la promotion de la veillée – ainsi que d’une manifestation prévue le 30 mai, pour laquelle la police a également refusé de donner son autorisation – manifestation désormais considérée comme non autorisé et donc illégale.

La peine maximale pour la participation à un rassemblement non autorisé est de cinq ans d’emprisonnement.

 

De Jack Ma à TikTok, pourquoi Pékin reprend le contrôle des géants de la tech chinoise

Information de Business Insider 

Jack Ma ne sera peut-être bientôt plus que le souvenir d’un chef d’entreprise extravagant dans le monde des affaires. L’ancien PDG d’Alibaba est pourtant le grand patron chinois le plus connu à l’étranger, mais c’est aussi cette volonté de se mettre en avant qui lui aura attiré les foudres de Pékin. Depuis octobre dernier, le gouvernement chinois ne cesse de resserrer la vis autour de l’homme d’affaires : d’abord avec la suspension de l’entrée en bourse de sa plateforme de paiement Ant Group, puis une mystérieuse disparition du patron entre octobre et janvier dernier, une colossale amende de 2,3 milliards d’euros pour pratiques monopolistiques en avril et dernièrement sa démission de l’école de commerce qu’il a lui-même créé. Le 24 mai, d’après le Financial Times, Jack Ma a en effet, quitté la présidence de l’un de ses projets les plus personnels : Hupan (« au bord du lac »), un établissement fondé en 2015 pour former l’élite des chefs d’entreprise du pays.

Pour les autres grands patrons, le message est passé. Le premier mars, Colin Huang, le fondateur du Pinduoduo, concurrent direct d’Alibaba, a démissionné de son poste de président à l’âge de 41 ans. Il a affirmé que sa décision était due à des changements externes drastiques et à des problèmes de gestion interne. En avril, les représentants des 34 principales sociétés Internet chinoises, dont ByteDance (TikTok), Tencent, Baidu, Jingdong, Pinduoduo, ont publié communément des lettres dans lesquelles ils s’engagent à se conformer aux règles anti-monopole et à rectifier leurs pratiques dans un délai d’un mois.

 

 

Actualité de la communauté

« Il jouait du piano debout »

(Spectacle musical écrit par Nasthasia Faure et Justine Devisse-Mezrani).

Une nouvelle date pour la comédie musicale, “Il jouait du piano debout », présentée par le French May avec le soutien artistique de l’Alliance française.

Il s’agit du samedi 5 juin à 15h00 au City Hall à Central

Réservez dès maintenant votre place avec le lien que nous vous laissons sur la page de ce journal sur notre site lafrench.radio.

Pour vos billets, c’est ICI

 

Zodiac in the City

Depuis le 25 mai – Exposition de l’artiste Paul Lecomte

Evénement présenté par Baseline Gallery et projet associé au French May

INSPIRATION ZODIACALE

Série de photos s’inspirant des animaux traditionnels du zodiaque chinois. L’interprétation de Paul Lecomte consiste à les humaniser dans certains lieux emblématiques de Hong Kong.

L’exposition est à visiter sur rendez-vous

Unit D, 10/F, 76 Hung to road

Joint venture Factory Building

Kwun Tong, exit B

Tel : +852 2869-7635

Pour prendre rendez-vous c’est ICI

 

Enfin la météo avec des températures qui iront de 28 à 33°. Aujourd’hui vendredi 28 mai, nous fêtons les « Germain ».