Coronavirus

9 nouveaux cas signalés hier jeudi à Hong Kong, dont 5 importés.

 

Point suite à la suspension du vaccin BioNTech

Suite à cette suspension, William Chui, pharmacien agréé et président de la Société des pharmaciens hospitaliers de Hong Kong, s’est dit surpris que les fabricants de vaccins n’ont pas découvert le défaut lors du contrôle de qualité. Il a déclaré que certains pharmaciens britanniques et américains ont également signalé que le vaccin local BioNTech présentait des problèmes d’emballage, mais la société pharmaceutique allemande BioNTech n’a pas recommandé de suspendre le programme de vaccination au niveau local. Il a ajouté que, selon les recommandations des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, la deuxième dose peut être administrée dans les 42 jours exactement, suivant la première dose de vaccination, ajoutant que les anticorps sont déjà présents dans l’organisme après la première vaccination.

De son côté, le secrétaire de la fonction publique également en charge du programme de vaccination, Patrick Nip, a indiqué, hier, jeudi que la suspension soudaine par le gouvernement de l’utilisation des vaccins BioNTech a créé un certain « chaos », selon ses termes, dans les centres de vaccination.

Certains de ceux qui avaient réservé mercredi matin ont dû être renvoyés. Certains établissements auraient arrêté de distribuer le vaccin, repris les injections pendant un certain temps, puis arrêté à nouveau. « Je pense que cela a pu être causé par les messages que nous avons transmis aux centres… à ce moment-là, nous n’avions pas une vue d’ensemble, ce qui a pu donner lieu à certains problèmes« , a expliqué Patrick Nip lors d’une interview radiophonique. « Il y a eu quelques moments chaotiques alors que nous gérions l’affaire dans un court laps de temps« , a ajouté le secrétaire à la fonction publique. Selon le gouvernement, il n’y a aucun problème de sécurité ou de qualité concernant les doses, la suspension ayant été ordonnée en raison de « défauts d’emballage », la secrétaire d’État à la santé, Sophia Chan, ayant précisé lors d’une émission de la RTHK que plus de 1.000 personnes avaient reçu le vaccin BioNTech mercredi, avant la suspension. « Les injections qu’elles ont reçues ne présentent aucun problème de sécurité« , a-t-elle tenu à ajouter.

 

L’examen du DSE retardé en raison de la crise sanitaire, fixé au 23 avril

Plus de 52.000 candidats passeront les examens du diplôme de l’enseignement secondaire (DSE) dans des centaines de centres au cours du mois prochain à Hong Kong, des mesures sanitaires strictes ayant été adoptées pour garantir le bien-être des élèves.

Ces examens vont s’étendre sur 30 jours du 23 avril au 20 mai, et se dérouleront dans 420 écoles de la ville, soit 520 salles d’école et 750 salles de classe, un record par rapport aux années précédentes.

Des mesures strictes de distanciation sociale seront mises en place sur les lieux d’examen. De nouvelles salles de classe ont été transformées en salles d’examen supplémentaires pour permettre aux élèves de s’asseoir à au moins 1,5 mètre les uns des autres. Tous les candidats devront porter des masques, passer par des zones de désinfection des chaussures et de nettoyage des mains, soumettre des formulaires de déclaration de santé et subir des contrôles de température avant d’entrer dans les centres. Les écoles amélioreront également la ventilation dans chaque centre.

Les résultats des examens seront publiés le 21 juillet.

 

L’EDB autorise jusqu’à 2/3 des élèves à reprendre les cours en présentiel

Les étudiants seront donc plus nombreux à reprendre les cours en face à face, toujours en demi-journée, après les vacances de Pâques, le nombre d’étudiants devrait passer à deux tiers du nombre total des effectifs, là où aujourd’hui ils sont à 1/3. Le secrétaire à l’éducation Kevin Yeung a rencontré hier certains directeurs d’école, au cours de cette réunion, il a confirmé que ces dispositions seraient prises après les vacances de Pâques.

 

Le gouvernement demande aux consulats de ne pas accepter les passeports du BN(O)

Source agence Reuters.

Selon certains diplomates, les autorités de Hong Kong auraient demandé à certains consulats étrangers de ne plus accepter le passeport national britannique (outre-mer), le BNO, lors des demandes de visa.

Le gouvernement a informé par lettre une douzaine de consulats étrangers qu’il ne considérait plus le passeport BN(O) comme un document de voyage valide depuis le 31 janvier. La lettre demande que les passeports hongkongais soient utilisés à la place.

Pour rappel, en janvier dernier, la Grande-Bretagne a introduit un nouveau système de visa, pour les Hongkongais détenteurs du passeport BNO, souhaitant quitter Hong Kong, offrant une voie vers la citoyenneté à part entière.

 

L’interdiction du chalutage a contribué à améliorer la vie marine

Source RTHK

Plusieurs chercheurs ont déclaré hier, jeudi, que l’interdiction gouvernementale du chalutage en 2012 avait contribué à restaurer la vie marine dans les eaux locales, mais qu’il fallait faire davantage pour stimuler la biodiversité.

Au cours des deux dernières années, des chercheurs de deux universités locales ont collecté des échantillons sur 28 sites différents. Ils ont comparé leurs résultats aux données recueillies avant l’interdiction du chalutage et ont constaté que le nombre d’espèces marines avait augmenté de 75 %.

Le professeur Kenneth Leung de CityU, qui a dirigé l’équipe de recherche, a indiqué que le chalutage était extrêmement courant avant l’interdiction, avec environ 400 chalutiers opérant dans les eaux locales en 2010.

Il a expliqué que les chalutiers, équipés de filets lourdement lestés, détruisaient les fonds marins et faisaient disparaître des espèces prenant l’exemple des huîtres.

« Une fois que vous aurez supprimé tout cet habitat essentiel, alors de nombreuses espèces quitteront l’endroit« , a-t-il dit. « Il faudra 10 ou 15 ans pour récupérer, même avec l’arrêt des activités de chalutage« .

Kenneth Leung et son équipe ont déclaré qu’après l’interdiction du chalutage, le poids moyen des crevettes mantes dans les eaux locales avait également augmenté de 88 %, grâce à une augmentation substantielle de leurs sources de nourriture.

« Si nous voulons voir une plus grande amélioration, le gouvernement devrait envisager un moratoire sur la pêche, la mise en œuvre d’une zone de protection de la pêche, et également accroître les efforts de lutte contre les activités illégales de chalutage. » Le professeur Leung a également appelé les autorités à envisager d’imposer des limites de taille aux poissons pêchés afin d’améliorer encore l’écosystème marin local.

 

Enfin la météo avec des températures qui iront de 20 à 25°. Aujourd’hui vendredi 26 mars, nous fêtons les « Larissa » ainsi que les « Lara ».