Coronavirus

34 nouveaux cas signalés, hier lundi, à Hong Kong.

  

La quatrième vague de l’épidémie de COVID-19 toujours considérée comme sévère.

Le gouvernement de Hong Kong avait déjà averti que les Hongkongais passeraient la nouvelle année lunaire sans possibilité de se rassembler. Les autorités ont annoncé qu’elles prolongeraient les mesures de distanciation sociale actuelle qui expirent à minuit demain, mercredi, de deux semaines supplémentaires soit jusqu’au 17 février. Cette décision est expliquée avec la crainte de voir grand nombre de personnes sortir pour les festivités du Nouvel An et provoquer de nouveaux clusters.

Le chef de l’administration, Matthew Cheung, a annoncé hier, lors d’une conférence de presse, qu’il renforcerait encore les tests dans la ville, tous les résidents devant se faire tester si une seule infection de source inconnue est détectée dans leurs bâtiments.

Il a également indiqué que les lieux de travail seront également soumis à des tests obligatoires, si deux cas apparaissent dans l’entreprise. Matthew Cheung a ajouté que les autorités continueront les opérations de fermetures surprises d’immeubles dans les 10 prochains jours, indiquant qu’il pourrait y avoir au moins une opération de bouclage d’une zone, par jour dans plusieurs districts de la ville.

Le secrétaire à l’Éducation, Kevin Yeung, a quant à lui déclaré que les responsables rencontreraient les représentants des écoles et décideraient cette semaine comment les écoles peuvent reprendre les cours en face à face de manière progressive et flexible après les vacances du Nouvel An chinois.

 

Les premières demandes de nouveaux visas BN (O) sont lancées

Le bureau des visas du Consulat britanniques situé à North Point, a connu hier une fréquentation plus importante que la normale liée aux demandes de visas proposés par la Grande Bretagne aux hongkongais.

Annoncé par Londres en juillet dernier à la suite de l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale, le processus de demande, qui ouvre une voie potentielle à la citoyenneté à 5,4 millions de Hongkongais éligibles, a été lancé dès dimanche en ligne.

Certains législateurs, pro Pékin n’ont pas hésité à déclarer que Pékin pourrait priver les personnes qui se sont installées en Grande-Bretagne de leur statut de résidents permanents de Hong Kong. L’ancienne élue du Parti démocrate, Emily Lau, a appelé les autorités à «se calmer» et à respecter les choix des gens.

 

Jimmy Lai conteste la loi sur la sécurité nationale

Information de l’AFP et de Reuters

Le magnat de presse comparaissait hier, lundi, devant le tribunal. Sa défense a tenté de remettre en cause juridiquement la loi sur la sécurité nationale, afin d’obtenir sa libération sous caution.

Jimmy Lai est accusé de « collusion avec des puissances étrangères », considéré comme un crime relevant de la loi sur la sécurité nationale. Hier, les juges ont interrogé les procureurs sur les raisons pour lesquelles la libération sous caution n’a pas été accordée. Le procureur a souligné que contrairement à d’autres procédures pénales, la position par défaut de la loi sur la sécurité nationale est qu’aucune caution ne doit être accordée, le verdict sur sa demande de mise en liberté sous caution à une date ultérieure.

 

Enfin la météo avec des températures qui iront de 18 à 25°. Aujourd’hui, mardi 2 février nous fêtons les « Théophane ».