Coronavirus

25 nouveaux cas recensés hier mercredi à Hong Kong.

Arrestations massives à Hong Kong en vertu de la loi sur la sécurité nationale

La police a arrêté hier matin plus de 50 personnes, dont d’anciens élus pro-démocrates du legCo, des avocats, des militants, accusées de subversion dans le cadre de la loi sur la sécurité nationale, suite aux primaires organisées par les pan-démocrates pour les élections au Conseil législatif.

Le responsable du département de la sécurité nationale de la police, Steve Li Kwai-wah, a déclaré lors d’une conférence de presse hier après-midi, que la police avait mobilisé 1.000 fonctionnaires, y compris des membres du département de la sécurité nationale mais aussi du quartier général de la police criminelle pour procéder à l’arrestation des 53 personnes. Les démocrates ont tenu une élection primaire pour les élections au Conseil législatif les 11 et 12 juillet derniers. Plus de 600.000 Hongkongais ont voté lors de ces primaires non officielles.

La police a perquisitionné 72 locaux avec des mandats d’arrêt et des ordonnances signées par les juges de la Haute Cour auprès de quatre sociétés (dont Apple Daily, In Media, Stand News et Hong Kong Public Opinion Research Institute) et, toujours selon Steve Li, gelé 1,6 million de Hong Kong dollars qui seraient liés à cette affaire.

Pour rappel, les pan-démocrates ont organisé cette élection pour choisir leurs candidats aux élections du Legco de septembre, élections depuis reportées par le gouvernement en raison de la pandémie. À l’époque, la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam avait indiqué que ces primaires pourraient constituer un acte de subversion, pouvant mettre en danger l’intégrité du processus électoral.

Un message sur la page Facebook de Joshua Wong a déclaré que des agents avaient également perquisitionné son domicile en relation avec l’affaire. Le militant est en prison pour avoir organisé une manifestation illégale devant le siège de la police en 2019.

Réactions

Informations avec l’agence Reuters 

  • Le gouvernement taïwanais a déclaré hier qu’il était «choqué» par les dernières arrestations de militants pro démocratie à Hong Kong et que la ville était passée de l’état de «perle de l’orient» à «purgatoire de l’orient». Le Conseil des affaires continentales de Taïwan a déclaré dans un communiqué que si la démocratie et la liberté de Hong Kong continuent de décliner et que cela affecte son statut de centre financier international, cela ne profitera pas du tout à la Chine continentale, propos rapportés par Reuters.
  • Pour le président de la chambre de commerce suédoise, Kristian Odebjer, les arrestations d’hier matin ont un impact négatif sur les entreprises.

Des politiciens occidentaux et des militants exilés de Hong Kong ont dénoncé hier cette vague d’arrestations en vertu de la loi sur la sécurité nationale. 

  • « Les arrestations massives de manifestants pro-démocratie sont une attaque contre ceux qui défendent courageusement les droits universels. L’administration Biden-Harris se tiendra aux côtés du peuple de Hong Kong et contre la répression de la démocratie par Pékin« , a déclaré le prochain secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, sur les réseaux sociaux.
  • L’activiste Sunny Cheung, qui a fui Hong Kong l’année dernière après avoir été inculpé pour une veillée non autorisée du 4 juin, a déclaré que Pékin espérait étouffer toute trace de démocratie dans la RAS, ne laissant que «les dissidents fidèles au PCC». 
  • L’ancien législateur Nathan Law, qui a demandé l’asile au Royaume-Uni, a déclaré que « la suppression de la liberté politique et de la liberté d’expression » à Hong Kong était « passée à un autre niveau”. « Le peuple de Hong Kong doit se souvenir de cette haine. Quiconque défend encore la loi sur la sécurité nationale et fait la paix est l’ennemi du peuple de Hong Kong« , a-t-il dit. “En réponse à la répression politique de Hong Kong, j’exhorte le Parlement européen à mettre un terme à l’accord d’investissement entre l’UE et la Chine et l’UE à sanctionner les responsables chinois et de Hong Kong responsables des arrestations”, a-t-il poursuivi.
  • Le Hong Kong Démocraty Council a déclaré : “Nous condamnons fermement les arrestations de 52 politiciens pro-démocratie qui se sont présentés aux primaires de juillet dernier qui ont attiré plus de 600 000 Hongkongais. Ils ont été accusés de «subversion à l’État». Ne vous y trompez pas, c’est ce que font les régimes autoritaires et les dictateurs”.

De leurs côtés, les législateurs proches du gouvernement, saluent ces arrestations

  • L’élu membre du DAB, Holden Chow, a lui déclaré que les primaires constituaient une violation flagrante de la loi sur la sécurité nationale, car elles avaient pour objectif d’essayer de «retirer la souveraineté du gouvernement central de Hong Kong, de détruire un pays, deux systèmes et de paralyser le fonctionnement du Gouvernement de la RAS de Hong Kong ». Cependant, il a ajouté qu’il ne pense pas que ceux qui ont voté aux primaires avaient enfreint la loi, affirmant que « ce sont seulement ceux qui orchestrent, les candidats qui ont rejoint ces primaires, qui sont contre la loi sur la sécurité nationale ».
  • Alice Mak, autre membre élue du LegCo, ayant déclaré que la décision de la police était basée sur des preuves et reposait sur une base juridique solide.

Le milliardaire Jack Ma a mystérieusement disparu

Alors que son entreprise est sous le coup d’une enquête anti-trust, Jack Ma, créateur du site d’e-commerce Alibaba et 25ème homme le plus riche du monde, selon le classement de Bloomberg, est porté «disparu» depuis fin octobre.

Selon le quotidien britannique Financial Times, il n’a plus été vu en public depuis le 24 octobre, après son discours particulièrement critique à l’égard de l’administration chinoise. Après son discours dans lequel il appelait à une réforme du système financier chinois, Jack Ma, a été convoqué par les autorités et a fait l’objet de sanctions financières dont, notamment la suspension de l’entrée en Bourse d’Ant, la banque en ligne d’Alibaba. Puis, dès le 24 décembre, la Chine a annoncé l’ouverture d’une enquête, soupçonnant le groupe Alibaba de «pratiques monopolistiques».

Membre du jury de l’émission Africa’s business heroes, émission qu’il a lancé en 2019, Jack Ma aurait du être présent pour la finale en novembre dernier mais il a été remplacé au dernier moment par un cadre de l’entreprise Alibaba pour des raisons d’agenda indique un porte parole de l’entreprise. Or, toujours selon le Financial Times, la photo de Jack Ma a aussi disparu du site internet de l’émission et d’une vidéo promotionnelle, le dernier tweet de l’entrepreneur chinois datant du 10 octobre 2020.

Enfin la météo avec des températures, qui iront de 11 à 17°. Aujourd’hui jeudi 7 janvier, nous fêtons les “Raymond”