Coronavirus. Un 5ème décès à Hong Kong,

Une femme de 78 ans est décédée hier à l’hôpital Prince of Wales à Sha Tin où elle avait été admise le 2 juin.

Vingt-six nouveaux cas confirmés signalés en Chine

Les autorités sanitaires chinoises ont indiqué dimanche avoir reçu le signalement de 26 nouveaux cas confirmés de COVID-19 dont 25 cas locaux et un importé.

Parmi les cas transmis localement, 22 ont été signalés à Pékin et trois dans la province voisine du Hebei, a annoncé la Commission nationale de la santé dans son bilan quotidien.

Loi sur la sécurité nationale de Hong Kong

Le principal organe législatif de la Chine, le Comité permanent du Congrès populaire national, se réunit de nouveau le 28 juin, soit une semaine seulement après avoir délibéré sur la nouvelle loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong et publié, hier, les détails de l’ébauche du projet de loi via l’agence de presse gouvernementale, Xinhua.

Dans le communiqué publié après la réunion de trois jours du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (NPCSC), Xinhua a déclaré que Pékin aurait le dernier mot sur la mise en œuvre de la loi.

Les détails de la loi

L’agence de presse Xinhua a donc dévoilé hier des détails de la loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong, loi discutée lors de la session de trois jours du principal organe législatif de Pékin.

On y apprend qu’un bureau de la sécurité présidée par la cheffe de l’exécutif et supervisée par le gouvernement central serait mise en place pour traiter des questions liées à la loi.

Mais également qu’une unité spéciale sera établie au sein des forces de police de Hong Kong. L’unité a le droit de s’occuper des crimes de sécurité nationale.

La loi, qui serait mise en œuvre par le Conseil législatif, stipule également que le gouvernement doit renforcer la supervision et la gestion des écoles et d’autres organisations sur les questions liées à la sécurité nationale.

Le gouvernement central mettra en place une agence pour lutter contre les crimes de sécurité nationale. L’organisme surveillerait, superviserait et coordonnerait le travail de la région administrative spéciale dans l’adoption de la loi et la protection de la sécurité nationale.

Le rapport précise également les quatre types de crimes qui menaceraient la sécurité nationale – la sécession, la subversion du pouvoir de l’État, les activités terroristes et la collusion avec des forces étrangères et extérieures.

Indiquant également que la liberté des citoyens de Hong Kong serait maintenue, précisant que l’autonomie des citoyens, comme la liberté d’expression et la liberté de la presse, ou encore la participation à des activités politiques comme des manifestations ou des rassemblements seraient préservée.

Les avocats et les élus de l’opposition ont décrit comme « inhabituel » que le chef de l’exécutif de Hong Kong ait, à travers ce projet de loi, le pouvoir de nommer des juges, affirmant que cela affecterait l’indépendance judiciaire de la ville.

Carrie Lam a déclaré de son côté que le projet de loi sur la sécurité nationale établit un équilibre entre les différences entre Hong Kong et le continent, et qu’il a veillé à ce que la législation à imposer à la RAS et au droit local soit complémentaire.

Suite de la rencontre entre le secrétaire d’etat américain, Mike Pompéo et le diplomate chinois Yang Jiechi

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis traiteraient à l’avenir Hong Kong comme une ville chinoise plutôt que comme une ville autonome dans la mesure où Pékin traite le territoire comme une ville chinoise, rapporte Reuters.

« Dans la mesure où le Parti communiste chinois traite Hong Kong comme il traite Shenzhen et Shanghai, nous les traiterons de la même façon », a déclaré Pompeo.

Le secrétaire d’Etat a insisté également sur les accords, uniques, mis en place entre les États-Unis et Hong Kong, qui sont, selon ses termes « distincts et différents de ceux que les Etats-Unis ont avec Beijing » et qui pourraient être remis en cause.

Mike Pompeo a déclaré que les élections prévues à Hong Kong en septembre permettraient « d’en savoir plus sur les intentions du Parti communiste chinois en matière de liberté à Hong Kong ».

Twitter supprime des comptes liés à la Chine

Twitter a annoncé avoir désactivé un « noyau » de 23.750 comptes liés à la Chine et relayés par quelque 150.000 autres comptes servant d’« amplificateurs ».

Ces comptes seraient « liés aux États » chinois, russe et turc et utilisés à des fins de propagande et de désinformation, d’après le réseau social.

Le géant américain a expliqué que le réseau de comptes chinois publiait des tweets, principalement en chinois et vraisemblablement destinés à la diaspora, « diffusant des théories géopolitiques favorables au Parti communiste chinois, tout en soutenant des théories trompeuses sur la dynamique politique à Hong Kong », a expliqué Twitter dans une note d’analyse.

La météo. Journée d’été avec des températures qui iront de 28 à 32°. Aujourd’hui lundi 22 juin, nous fêtons les « Alban » et les « Albin ». A demain pour un nouveau journal