Coronavirus 

10 nouveaux cas recensés hier à Hong Kong dont 3 cas locaux de source inconnue.

Le gouvernement de Hong Kong a interdit l’atterrissage de plusieurs vols après la détection de cas de COVID-19 à bord.

La pandémie mondiale de COVID-19 est de plus en plus importante et des cas importés sont enregistrés presque tous les jours à Hong Kong.

La secrétaire à l’Alimentation et à la Santé, le Dr Sophia Chan a publié un message sur son blog hier matin, affirmant avoir freiné l’entrée sur le territoire de Hong Kong de cas importés.

Depuis le 15 septembre, le gouvernement a mis en place une règle selon laquelle s’il y a 5 passagers ou plus sur un vol qui sont diagnostiqués après leur arrivée à Hong Kong, ou si deux avions arrivent de la même provenance à Hong Kong avec 3 passagers infectés sur chaque vol, le vol est interdit pendant 14 jours. Le ministère de la Santé a activé cette règle à sept reprises dans le passé, interdisant aux vols en provenance notamment d’Inde, du Népal ou encore de Malaisie d’atterrir à Hong Kong. « On espère que de multiples mesures de contrôle aux frontières empêcheront les cas importés d’entrer dans la communauté locale », a déclaré Sophia Chan.

Mise en place du « code santé » avec le continent et Macao dès que possible.

La crise sanitaire a gravement touché l’économie de Hong Kong, et les industries connexes telles que le tourisme sont les premières à en subir les conséquences. Tous s’attendent à ce que la version hongkongaise du « code de santé » soit lancée le plus tôt possible. Le secrétaire en chef de l’administration Matthew Cheung a indiqué hier matin sur son blog, que le gouvernement s’efforcera de mettre en place ce système avec le continent et Macao le plus vite possible, ainsi que des tests d’acide nucléique.

En conséquence, le gouvernement rouvrira progressivement la frontière avec le continent et Macao de manière ordonnée pour revitaliser l’économie locale. Il a déclaré que Hong Kong était confrontée à de nombreux défis, parmi lesquels la réponse à l’épidémie était la priorité actuelle. Le gouvernement intensifiera les tests antivirus et améliorera encore les installations et services pour ces tests. Il a re-affirmé que les 4 centres de dépistage communautaires, dont nous vous parlions la semaine dernière, seront opérationnels à la mi-novembre et fourniront des services de dépistage de virus payants, 240 $HK le test. De son côté, le Bureau de l’éducation (EDB) lance, à partir d’aujourd’hui, une offre spéciale, gratuite, pour les enseignants et le personnel de toutes les maternelles, écoles primaires et secondaires publiques, les écoles étant appelées à coopérer activement.

Les relations américano-chinoises pourraient s’améliorer grâce à l’élection de Joe Biden

Francis Lui, professeur adjoint d’économie à l’Université des sciences et de la technologie, HKUST, a déclaré lors d’une émission de radio, hier, que la guerre commerciale sino-américaine devrait s’atténuer avec le départ de Donald Trump.

Il a également indiqué que les partisans du Parti démocrate – en particulier les économistes – s’opposaient généralement à la politique économique et à la politique commerciale de l’ancien président, ajoutant que Joe Biden pourrait tenir compte de leurs conseils et revenir sur certaines mesures mises en place par l’administration Trump.

Mais Francis Lui reste prudent, expliquant qu’une fois installée, la nouvelle administration pourrait ne pas lever ces sanctions politiques contre Hong Kong.

«Joe Biden n’utilisera pas un langage très fort pour parler de Hong Kong… donc en ce sens, nous pouvons nous attendre à ce que son administration soit plus amicale… avec Hong Kong. Mais la politique nationale américaine de contenir la Chine ne changera pas vraiment », a-t-il précisé.

«Je ne pense pas que la politique [américaine] envers Hong Kong subira des changements radicaux. Il peut y avoir quelques petits changements. Peut-être que le gouvernement de Hong Kong essaiera de faire pression sur le gouvernement américain pour qu’il lève ces sanctions, mais le gouvernement de Hong Kong à lui seul n’est pas vraiment assez puissant, il devra donc dépendre de la Chine », a-t-il ajouté.

Covid-19 : la Chine ferme ses frontières aux voyageurs d’une dizaine de pays

Avec l’AFP.

La France, l’Italie et une dizaine d’autres pays très touchées par l’épidémie de Covid-19, viennent de voir fermer les portes d’entrées en Chine qui tente d’éviter l’arrivée d’une nouvelle vague.

La Chine a pratiquement fermé ses frontières fin mars et réduit considérablement ses vols internationaux, avant d’entrouvrir prudemment ses portes ces derniers mois.

Mais ses ambassades au Royaume-Uni, en Belgique, en Inde, aux Philippines et dans plusieurs autres pays ont annoncé la semaine dernière que Pékin avait décidé de « suspendre temporairement » l’arrivée des ressortissants non chinois sur le territoire national. Et cela, même si ces personnes sont porteuses de visas ou de permis de séjour valides.

La France est le dernier pays à aujourd’hui, à rejoindre cette liste. L’ambassade de Chine à Paris indique que cette interdiction sera réévaluée « en fonction de l’évolution de la situation » épidémique.

La Russie, l’Italie et l’Éthiopie sont désormais aussi concernées par cette mesure, ainsi que plus récemment, le Nigeria.

Ces mesures ont été critiquées par la Chambre de commerce de l’UE en Chine, qui y a vu « un coup dur porté au moral des milieux d’affaires ».

« De nombreux ressortissants étrangers bloqués hors de Chine depuis mars se retrouvent à zéro et nous redoutons que beaucoup d’entre eux renoncent purement et simplement à revenir« , a déploré dans un communiqué le président de la Chambre, Joerg Wuttke.

Le porte parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a défendu de son côté des décisions qu’il juge » raisonnable et conforme aux pratiques coutumières internationales en raison de l’évolution de la situation du COVID-19 « . Toujours selon le ministère, cette mesure « s’inspire des pratiques en vigueur dans de nombreux pays« .

Pour les voyageurs, chinois ou étrangers, qui peuvent encore entrer en Chine, ils devront dorénavant produire deux tests de dépistage (sérologique et PCR) effectués dans les 48 heures précédant leur vol, à faire valider par l’ambassade de Chine.

Auparavant, seul un test PCR négatif effectué dans les 72 heures était exigé.

Enfin la météo avec des températures qui iront de 22 à 27°. Aujourd’hui lundi 9 novembre nous fêtons les « Théodore ».