Un rapport « A Home for Enterprise » rédigé par Douglas Mason pour l’Institut Adam Smith, préconisait même en 1989 qu’une île écossaise, peu habitée, serve de refuge à un « New Hong-Kong« , terre d’accueil « for anyone from Hong-Kong who wished to live there ».

Une idée qui circulait aussi dans la tête des français (91 ans auparavant avec un traité signé en 1898) mais qui n’avait pas donné suite : Le Kouang-Tchéou-Wan, un projet de Hong-Kong français abandonné en 1930, devenu « the Ghost colony ». 

Les légendes celtes sont restées présentes à Hong-Kong. De nombreux chemins de randonnée en montagne rappellent les traces des bâtisseurs écossais de l’expansion du Port aux parfums (Sir John James Cowperthwaite, Murray MacLehose, James Legge, David Clive Wilson…) tout en transportant les promeneurs dans un parfum mystérieux de vieille Ecosse des légendes. 

Edinburgh place, Matheson street, le funiculaire construit par l’ingénieur écossais Alexander Lindsay Smith pour rejoindre Victoria Peak, le quartier Aberdeen…

D’autres noms de rue illustrent comment ces « tigres celtiques » ont voulu faire de Hong-Kong un véritable « tigre d’Asie ». Leur secret : injecter un management politique libéral dans la tradition administrative chinoise.

En somme, bâtir une nouvelle Athènes en Extrême-Orient, travaillant en réseau et tournée vers l’extérieur, pionnière dans la lutte contre la corruption, l’efficacité des affaires et en pointe en matière de lutte contre les maladies tropicales (Malaria par exemple).

Un appel à témoignages est lancé concernant James McGregor, gouverneur écossais de Hong-Kong et les origines de la commune bretonne de Saint-Grégoire.

En effet, l’origine de Saint-Grégoire reste controversée : est-elle orientaliste ? Celtique ? ou le fruit d’une bulle papale ? Selon certaines sources, le nom de la commune aurait un lien avec une bulle du pape Grégoire. 

D’autres font référence à des représentants bretons du clan Mac Gregor. Une grande famille dont les lignées se sont réparties au-delà des océans. Avec bien entendu, James David McGregor, un gouverneur écossais très important de Hong-Kong, s’investissant dans l’éducation précoce des jeunes chinois pour permettre le développement du Port aux parfums.

Orientaliste ou celtique avec McGregor ? Papale avec les Grégoire du Vatican ? Kevin Lognoné, breton expatrié à Londres et en Asie fait appel au plus grand nombre afin de démêler et percer le mystère.

Un appel est donc lancé à tous ceux qui seraient susceptibles de détenir quelques éléments de réponse.

Contact : kevin.lognone@e-ismapp.com – +33625503997

Pour enrichir les sphères de réflexion, un livre blanc « L’Hermine et le Lotus » a été remis à des représentants chinois et au ministre du Quai d’Orsay, lors du salon du nautisme à Paris.

« Malgré leurs géographies aux ponants de l’Europe, il faut considérer les bretons non comme des êtres de crépuscule mais comme des êtres du commencement, des hommes du matin » aime rappeler Jean-Yves LE DRIAN, ministre des affaires étrangères, ex-président de la région Bretagne.

L’appel est maintenant lancé, à vous d’y répondre !