Loi sur la sécurité nationale : nomination du secrétaire général du comité local.

Eric Chan Kwok-ki, principal adjoint de la cheffe de l’exécutif, a été nommé à ce poste afin de superviser la politique de sécurité nationale, selon une information de l’agence officielle Xinhua. Xinhua a également signalé qu’Edmond Au Ka-wang, le chef par intérim du ministère de l’Immigration depuis avril, a été nommé au poste de directeur du ministère, et intègrera également à ce titre le comité local. Présidé par la la cheffe de lexécutif, Carrie Lam, avec un conseiller nommé par Beijing, le comité aura pour mission de définir les politiques de sécurité nationale et procèdera au suivi de leur mise en place. Ancien directeur de l’immigration, Eric Chan est reconnu pour ses liens étroits avec le gouvernement central.

Contrôle des média, la crainte des journalistes

Le président de la Hong Kong Journalists Association, Chris Yeung, a déclaré hier que la loi sur la sécurité nationale semble être un nouvel outil pour aider les autorités à contrôler la presse – et pourrait ouvrir la voie à des contrôles plus stricts et à une réglementation plus stricte de ce que les autorités qualifieraient de « Fake news ». propos rapportés par RTHK. « Il y a dans la loi des articles qui précisent que le gouvernement va réglementer et superviser les médias et les médias étrangers », a déclaré Chris Yeung. Le président de HKJA a ajouté également que discussions auraient eu lieu dans le camp pro-Pékin, pour un plus grand contrôle des médias en ligne, la mis en place d’une loi sur les « fake news» et le resserrement des conditions de visa pour les journalistes étrangers. « Dans les catégories des crimes de sécession, de subversion et de terrorisme, il y a des références disant que toute incitation ou promotion de ces crimes est également passible de sanctions en vertu de la loi », a-t-il dit. « La question est de savoir si les reportages des médias, la publication d’un article, les entrevues, les articles qui potent sur ces points seront considéré comme une incitation ou une promotion. », a-t-il indiqué.

L’Australie se pose en soutien pour les résidents de Hong Kong

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a déclaré, sur ABC News, être « prêt à intervenir et à fournir un soutien » aux résidents de Hong Kong.

Interrogé sur la question de savoir s’il était perturbé par la répression des manifestants à Hong Kong et si l’Australie offrirait un refuge sûr aux résidents, Scott Morrison a déclaré : « La réponse aux deux questions est oui et oui ». « Nous l’étudions très activement et il y a des propositions que j’ai demandé à être présenté il y a plusieurs semaines, avec des opportunités similaires à ce que le Royaume-Uni a offert « , a-t-il dit. « Lorsque nous aurons pris une décision finale sur ces arrangements, je ferai une annonce, mais si vous me demandez si nous sommes prêts à intervenir et à fournir un soutien, la réponse est oui« , a-t-il dit.

Le collège Wolfson de Cambridge envisage de retirer le titre honorifique donné à Carrie Lam

La cheffe de l’exécutif Carrie Lam a reçu ce titre honorifique en 2017, du collège Wolfson. Ce dernier déclare sur son site internet que cette distinction « est accordés à des personnalités de haut rang respectées par collège ». Trois membres de la Chambre des lords ont également écrit au collège et à l’Université de Cambridge, les appelant à révoquer cette distinction.

La Chambre des représentants américaine adopte un projet de loi qui sanctionne les banques chinoises sur Hong Kong

Pour la Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, la loi sur la sécurité est « une répression brutale et radicale contre le peuple de Hong Kong, destinée à détruire les libertés qui leur avaient été promises. La Chambre des représentants des États-Unis a donc adopté à l’unanimité un projet de loi imposant des sanctions aux banques qui font des affaires avec des fonctionnaires chinois impliqués dans la répression des manifestants pro-démocratie Hong Kong. Un projet de loi similaire avait été adoptée par le Sénat la semaine dernière. Nancy Pelosi a déclaré que la nouvelle loi « signale la mort d’un seul pays, deux systèmes ». « Personne ne devrait risquer la prison à vie pour avoir manifesté. Maintenant, les Hongkongais fuient Hong Kong par peur pour leur sécurité, et nous devrions soutenir leur droit de le faire. Nous devons imposer des conséquences au gouvernement chinois pour ses actions envers #Hongkong », a tweeté le démocrate californien Brad Sherman, l’un des auteurs du projet de loi. Le Sénat des États-Unis a adopté une loi semblable la semaine dernière, mais en vertu des règles du Congrès, le projet de loi doit revenir au Sénat et y être adopté avant d’être envoyé à la Maison-Blanche pour que le président Donald Trump signe la loi ou y oppose son veto.

Le groupe pro-Beijing exhorte les États-Unis à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong-Kong

Des dizaines d’activistes et de représentants pro-Beijing ont organisé une manifestation devant le consulat des États-Unis hier, jeudi, exhortant Washington à cesser d’interférer dans les affaires de Hong Kong. Le groupe a déclaré avoir recueilli 1,6 million de signatures en ligne soutenant leur action. Holden Chow, membre du LegCo et Vice-Président du parti pro Beijing, le DAB, a déclaré que les signatures recueillies montrent la vraie voix du peuple de Hong Kong. Le parlementaire, a déclaré à la RTHK que « tous les pays, y compris les États-Unis et d’autres pays étrangers, ont toute une série de lois de sécurité nationale très draconiennes pour protéger leur propre sécurité nationale ».

La météo avec des températures qui iront de 27 à 32° avec des averses. Aujourd’hui vendredi 3 juillet, nous fêtons les « Thomas ».

A demain pour un nouveau journal